Ex-voto contemporains du Mexique

Alfredo VILCHIS ROQUE
From 2009-03-03 to 2009-03-29

(dans le cadre du Festival de l’Imaginaire en partenariat avec la Maison des Cultures du Monde)

Vous étiez au bord de la catastrophe à cause d'un mari jaloux et violent, des abus de l'alcool et de la drogue, vous étiez près de la mort après l'effondrement d'un échafaudage, un accident de train, une morsure de serpent ou un tremblement de terre, tous les moyens naturels étaient épuisés quand vous avez eu recours a la divinité, qui vous a accordé de recouvrer |a santé ou l'amour. La situation était vraiment angoissante et le soulagement d'autant plus grand, d'où l'intensité de la promesse que
vous avez faite alors à votre bienfaiteur de le remercier par un ex-voto.

Ainsi Alfredo Vilchis Roque est tout à la fois un peintre de miracles, un intercesseur autodidacte, un écrivain public de nos malheurs et de nos espoirs, un chroniqueur de prodiges, un travailleur sur commande de la foi et un artiste contemporain utilisant la tradition, comme peuvent le faire certains peintres africains. Il racontera votre petite histoire en fin heureuse, et ce faisant il racontera l'histoire du quartier, du District fédéral, du Mexique et du monde au début du XXIème siècle.

Au Mexique, l'ex-voto est né il y a cinq cents ans et c'est sans doute le pays où il a le mieux résisté au temps et gardé le plus de vigueur : ce n'est pas seulement un objet de brocantes, mais bel et bien une pratique vivante.
Vilchis est né dans le quartier José Maria Pino Suarez de Mexico, son père était paysan de l’Etat de Mexico que la ville avait transformé en un ouvrier d’usine. Alfredo, après l’école primaire, a travaillé comme vendeur de journaux, aide maçon, et toutes sortes de métiers lui permettant de subsister, comme le font la plupart des habitants de Mexico. Un beau jour, il trouva un ex-voto qui fit ressurgir en lui un souvenir marquant de son enfance : les visites avec sa mère au sanctuaire de la Guadalupe et la vision fascinante de centaines d’images incroyables. Il se considère comme un autodidacte, formé «à l’école de la vie», même s’il dit avoir été beaucoup influencé par Frida Kahlo, avoir étudié les peintures de Frida et Diego Rivera, et même réalisé des copies de leurs tableaux pour les vendre.

Victoire et Hervé Di Rosa