L'archipel

Patrick MOURRAL
From 2008-10-30 to 2008-11-29

La communauté humaine que Patrick Mourral nous donne à voir se situe à la fois bien dans notre présent et en deçà de notre société consumériste. À l’écart de toute urbanité, dans une nature presque rêvée, elle vit dans un entre deux mondes, un espace de possibles situé à l’interface de nos idéaux et de la proposition d’un monde économique tout puissant.
Ce mouvement constitue bien plus qu’une résurgence du mouvement hippie. Il en est un prolongement hybride dont les fondements sont établis sur l’exhortation des valeurs humaines que peut rassembler la notion de partage. Les habitants de cet archipel ont en commun cette volonté partagée de quitter une vie sédentaire pour gagner une liberté oubliée dans un désir d’authenticité et de spiritualité.
Dans un monde qui aujourd’hui nous propose des extrêmes par l’affirmation d’un modèle sociétal qui tend à s’unifier, et tandis que le nomadisme traditionnel se dilue dans la sédentarisation; il est remarquable que de tels contrechamps apparaissent, comme autant d’ouvertures vers de nouvelles sociétés.
L’on pourrait croire le temps d’une saison à l’existence d’une nouvelle Arcadie, pourtant ces nouveaux habitants ne sont pas engagés dans une fiction. Au quotidien, les néonomades ont affaire à des préoccupations communes à
tous, l’argent sans être tabou, n’est pas perçu comme un but en soi mais comme un moyen de parvenir, lorsque l’autarcie atteint ses limites, à assurer le pain quotidien.
Patrick Mourral suit depuis dix ans dans leurs pérégrinations ce groupe néo-nomade et nous offre aujourd’hui un témoignage et une invitation à la découverte de cet ailleurs aux tonalités chamarrées. Il met en action dans ses photographies un témoignage et une croyance indéfectible dans la vie, préférant « allumer une bougie plutôt que de maudire les ténèbres » (Lao-Tseu).
Frédéric Moisan et Anne-Flore Mazet