DEMIN

DEMIN
Du 01/09/2018 au 22/09/2018

DEMIN
stylo noir et crayons de couleur sur papier 220gr. Format 29,7cm x 42 cm

DEMIN ou l’autre coté du miroir…

Tandis que le monde s’écroule sur lui-même, que l’esprit idolâtre l’intangible, les œuvres de DEMIN tracent les courbes de l’existence. L’artiste relie les axes des peurs aux courbes des pathologies, il crayonne les apparences au travers d’êtres mi-animaux ou mi-humains débordant d’onirisme. Cette folie de l’étrange hachurée à coup de crayon, DEMIN la représente au fil de ses consultations. Car cet artiste est également psychanalyste et ses dessins, des enveloppes scellées renfermant l’inaccessible de ses patient(e)s. La projection de la folie devient une pensée absolue qui se pose sous l’apparence d’un diagramme transfigurant l’univers sémantique ou tout à commencé. Atrophiés, étirés, souriants ou effrayants, rien n’a de sens, le déséquilibre est total, il devient racine, ciment de la création. Toute possibilité de rejoindre la réalité s’est évaporée à tout jamais. Seules les vapeurs de l’essence même de l’apodicticité persistent.
Chaque dessin à une histoire, une âme, c’est un morceau de vie, mais de vie cachée, de vie inconsciente, de vie refoulée, de vie fantasmatique. Dessins à l’état pur surgissant au fil des séances, gommés de toute trace de jugement, comme passés sous une presse ou seule, subsiste la folie. Les confidences des peurs et des fantasmes se cristallisent, le divan devient alors un réceptacle ne demandant qu’a prendre forme.
Vous l’aurez compris, DEMIN fige les certitudes et condamne à tout jamais la raison et sa vision analytique du monde semble lui conférer la légitimité des fous. Car nous sommes bien ici dans un purgatoire visuel qui laisse le regardeur face à lui-même, à sa propre conscience ou plutôt, à sa propre inconscience.