avant la lumière - photographie

Bernard GUILLOT
Du 05/06/08 au 28/06/08

Au départ, il y a l’invitation de Eric et Claire Higgins, désireux d’éditer en un coffret la série dite de Saint Sulpice, avec un texte d’introduction d’Hervé Le Goff, une série que je réalisai en 1978 : ce furent mes premières photographies au carré, mon tout premier négatif, développé alors par mon ami Kamel Dridi, plus expert, et qui, dans son ingénuité médiumnique, eut le talent de faire apparaître la lune en croissant dans la pénombre de l’immense église Saint Sulpice. C’est dans cette caverne wagnérienne, si romantique, que je m’abandonnai à un exorcisme, à une conjuration, à l’élaboration d’un mythe liés à l’état psychique qui était le mien à l’époque. Nous avons tenté de relier cette série inaugurale à d’autres images, en série ou non, que je fis, avant (la série des plongeurs date de 1974) ou après, essentiellement au Caire (l’Hôtel Maffet Astoria, qui fut l’autre atelier au centre de mon œuvre photographique, pendant 25 ans) mais aussi la Bibliothèque Nationale de Paris (1979), la Cité des morts du Caire, réalité parallèle, dont je suis le chroniqueur depuis 30 ans.
Nous proposerons ainsi un parcours initiatique, l’appréhension d’un mythe, ceci dit sans prétention, qui commencera par les eaux troubles, agitées, passera par la nuit chaotique et révélatrice, la révélation du sens de la lumière, et le retour à des eaux apaisées. Les lieux visités, sur une durée de plus de 30 ans, se relient en une Odyssée en cours d’accomplissement, nourrie par le rythme noir-blanc du positif-négatif-positif.
B.G.