Le Jardin des Simples

Bernard GUILLOT
Du 18/01/07 au 24/03/07

Bernard Guillot est un artiste intimiste. Dans son œuvre photographique, il célèbre à sa manière, sensible et raffinée, le retour à l’essentiel, aux sources, à la terre...
De l’Egypte – où il vit la moitié de l’année – au Massif Central, en passant par Giverny, ses voyages le mènent souvent au bord de l’eau, étang, fleuve ou rivière. Visions enchanteresses, énigmes d’un monde offert que l’artiste observe, puis imagine; ainsi se crée avec le paysage une véritable relation – évidemment poétique. Par sa façon d’aborder la nature, Bernard Guillot semble surtout à la recherche de l’impalpable. Non que le motif lui soit insignifiant, loin de là, même, puisqu’il lui arrive de revenir sur ses tirages pour prolonger les branches d’un arbre de traits précieux en volutes – accentuant alors l’aspect décoratif du végétal – mais sa vraie préoccupation c’est souligner l’ombre, le reflet, la brume, la lumière entre la nature et lui.
Dans ses photos en noir et blanc, il décompose la lumière et sonde la profondeur de champ dans une vibration de valeurs grises qui frôlent parfois les limites de la vision,de l’éblouissement.
Les personnages qui apparaissent dans cet univers à la fois impressionniste, symbolique, mystique et romantique font d’ailleurs partie intégrante de cette nature, enfouis dans la végétation.

Les peintures de B.Guillot flirtent avec le décoratif mais échappent immédiatement à la mièvrerie du genre grâce à la qualité des compositions, au raffinement des couleurs, un certain minimalisme et, surtout, à la subtilité et finalement à la poésie de son geste. Que signifie cet ovale bleu flottant au milieu de la page ? cette fleur ? ce cœur ? Rien, et tout à la fois, ce que nous voulons.
Ces peintures, au pouvoir de séduction évident, s’ouvrent à toutes les interprétations, il y a autant d’interprétations que de regards retenus par l’œuvre.

Bernard Guillot a cette qualité là, cette générosité poétique de proposer.

Frédéric Moisan.